banner dailyfit tennis raquettes raquettes choix choisir image

Coups au tennis plus puissants et plus contrôlés ? 

Pour répondre à cette question, nous devons aller au-delà de la mécanique du coup et voir comment nous pouvons répondre à cette question du point de vue des sensations…

Du point de vue des sensations, nous pouvons décrire tous les coups de tennis comme une combinaison d’un lancer et d’une poussée.

En d’autres termes, comment devez-vous imaginer le mouvement de votre bras et de votre raquette vers la balle ?

Tout commence par un lancer

« Lancer la raquette dans la balle » a été l’une des instructions les plus efficaces que j’ai données à mes élèves.

Même lorsqu’il n’était pas possible de changer grand-chose à la technique de leurs coups de fond et de leurs services, l’effet le plus important se produisait lorsqu’ils imaginaient qu’ils lançaient leur raquette dans la balle.

La raison en est que, lorsque nous imaginons un lancer, nous nous détendons et nous nous concentrons sur l’accélération de l’objet dans notre main.

Ce n’est que lorsque nous détendons nos muscles que nous leur permettons de s’étirer et, à partir de là, nous tirons et accélérons la raquette sans effort.

Mais la plupart des joueurs de tennis ont tendance à trop pousser dans la balle et à la muscler ou à la combattre comme si la balle pesait 2 livres.

J’ai déjà expliqué la raison la plus courante de ce phénomène dans l’article sur les coups sans effort, je vous suggère donc d’y faire un saut, de vérifier les 3 raisons principales et de revenir.

Article lié :   Qu'est-ce qu'une séance d'entraînement fractionnée ? 

Et tout se termine par une poussée

Si nous lançons simplement la raquette (sans la lâcher) dans la balle qui arrive, nous découvrirons que la balle s’envole de la raquette sans effort, mais aussi sans beaucoup de contrôle.

C’est pourquoi nous passons d’un lancer à une poussée (ou un drive) juste avant d’entrer en contact avec la balle.

L’entraînement « dompte » l’énergie du lancer et la dirige là où nous le souhaitons.

Avec l’impulsion, nous contrôlons la direction, la hauteur, la vitesse et l’effet de la balle, et donc la profondeur.

La partie « drive » de la frappe est assez courte, car elle passe très rapidement à la partie « follow-through », où nous lâchons prise et laissons l’inertie de la raquette prendre le dessus, afin de ne pas fatiguer nos muscles en essayant d’arrêter cette inertie.

D’après mon expérience, la plupart des joueurs poussent trop, de toute façon, à travers les coups, mais aussi trop longtemps.

Comment intégrer le lancer et la poussée dans vos coups ?

La meilleure façon d’apprendre cela est d’exagérer les deux côtés du spectre.

Demandez à quelqu’un de vous donner des balles et lancez simplement la raquette sur la balle (sans la lâcher) et voyez ce qui se passe.

Notez également qu’il ne faut pas balancer (lancer) trop vite, car cela enverrait la balle très loin.

Si je fais un rallye avec un partenaire et que j’essaie de sentir à quelle distance j’enverrais la raquette si je la lâchais, elle atterrirait dans le carré de service de mon côté. Il s’agit toujours d’une sensation de lancer à 100%.

Article lié :   Vitesse en Marche Nordique : Un Chemin vers un Renforcement Musculaire et une Meilleure Condition Physique

Le lancer ne définit pas la vitesse ; il demande simplement à votre corps de lâcher prise, ce qui génère une puissance sans effort, même à faible vitesse.

Une fois que vous avez « lancé » quelques coups dans la balle, essayez l’autre extrême : poussez la balle à 100%.

Serrez-vous très fort, verrouillez votre corps pour qu’il n’y ait pas de balancement libre, et poussez simplement la raquette très fort dans la balle qui arrive.

Coup de tennis poussé

Frappez un coup droit en poussant la balle à 100 % pour voir ce que vous ressentez.

Voyez comment vous vous sentez et à quoi ressemble le coup qui en résulte.

Après quelques répétitions, vous saurez et sentirez que vous avez deux outils ou variables supplémentaires à utiliser en plus de la mécanique du coup.

Notez que lorsque vous passez à une poussée, il n’est pas nécessaire qu’elle soit serrée.

Essayez de pousser doucement tout en permettant à l’élan que vous avez généré avec un lancer de passer à la poussée.

Si vous poussez trop brusquement et trop fermement, vous perdrez l’effet du lancer.

Ratios de projection et de poussée

Le rapport entre le lancer et la poussée change TOUT LE TEMPS.

Bien que je puisse vous donner une idée générale des ratios pour les coups principaux, vous ne pouvez pas vous y tenir car chaque balle que vous recevez est légèrement différente et vous devrez vous adapter.

Voici les ratios typiques du lancer et de la poussée pour les coups principaux (lorsque vous recevez une balle facile !):

  • coup droit : 80% de lancer, 20% de pousser
  • revers à une main : 70% de lancer, 30% de pousser
  • revers slicé à une main : 40% de lancer, 60% de pousser
  • revers à deux mains : Je ne peux pas le dire avec certitude car je n’y joue pas, mais il est très probable que ce soit 70% en lancer, 30% en poussée.
  • service à plat : 95% en lancer, 5% en poussée
  • service en rotation et en slicé : 90 % en lancer, 10 % en poussée
  • volées : 20 % en lancer, 80 % en poussée
Article lié :   Créatine monohydrate : Effets sur le cœur

N’oubliez pas qu’il ne s’agit là que d’indications basées sur la façon dont j’aborde la frappe de balle ainsi que sur les commentaires de quelques joueurs de tennis de haut niveau avec lesquels j’ai discuté de cette idée et à qui j’ai demandé de partager leurs « ratios ».

Vous pouvez aborder la frappe de la balle différemment, mais notez que les coups de pied et les services sans effort comportent un élément de projection.

Ajuster les ratios

Une fois que vous êtes dans le rallye, vous vous adapterez inconsciemment. Il n’est pas nécessaire de réfléchir au pourcentage de chaque sensation que vous faites.

Pour réaliser un coup gagnant, le joueur doit envoyer la balle avec une vitesse impressionnante vers le fond du court, côté opposé. Cela consiste à frapper la balle avec précision, tenant la raquette à une main ou à deux mains selon sa préférence. Le joueur effectue un mouvement fluide et rapide pour garantir que la volée soit un coup efficace. La ligne de fond est l’objectif à atteindre pour marquer des points, et la vitesse de la balle est cruciale pour surprendre l’adversaire et remporter le point.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut